Aujourd’hui, j’ai décidé de vous en dire un peu plus sur moi. Pourquoi ? Parce que je voudrais vous faire partager quelque chose de très important pour moi, et qui je l’espère vous sera utile aussi.

Tous les matins de la semaine, j’ai la même routine : le réveil sonne. La tête au fond de l’oreiller j’ouvre un demi-œil, j’essaie de repérer l’écran de mon téléphone sans m’éblouir mon demi-œil ouvert, je tente avec ma main qui semble peser deux tonnes de faire glisser la petite croix rouge sur l’écran, pour arrêter le réveil. Manqué, mon doigt est retombé lourdement sur le Z orange… bon, heureusement je me réveille facilement le matin. Un gros soupir, je me retourne, je farfouille dans mon téléphone à la recherche de l’alarme à désactiver. Et hop, la journée commence en mode pilote automatique. Toilettes, pesée (je vous en reparlerai une prochaine fois, surveiller mon poids est un rituel complexe chez moi !), petit déj, douche, onguents beauté, habillage exprès, ça y est il ne me reste que deux minutes avant de rater mon train. Je ramasse en vitesse mes affaires, je benne mes carnets, mon livre et mon stylo dans mon sac, je cherche désespérément mes clés ensevelies sous le bordel que je viens de benner, et zou, me voilà lancée dans la nuit (enfin en ce moment, sinon c’est cool quand il fait jour) en direction de la gare.

Jusqu’ici j’étais en mode automatique, mais dehors je finis de me réveiller. Tous les matins je me dis que je suis vraiment bien ici, au milieu de la nature, avec les piou-pious des oiseaux sur le chemin de la gare. Je suis un peu juste, donc je force dans la montée juste avant la gare, et j’arrive en nage dans le train.

Et là c’est la partie favorite de ma routine du matin (eh non, ce n’est pas le café comme pour certains !) : je sors de mon sac un de mes deux carnets, et mon stylo qui est depuis peu un stylo plume que j’ai piqué à mon père, qui doit être aussi vieux (enfin jeune…) que moi. Et là… eh bien j’écris !

Je vois déjà certains se dirent « Tout ça pour nous dire qu’elle tient un journal intime, franchement ça valait pas le coup !! ». Alors non, je corrige tout de suite, je ne tiens pas un « journal intime », mais un « journal personnel ». Quelle différence ? Ah ah ! Mon carnet est mon outil de développement personnel, ce n’est pas un carnet à fleurs ou à chatons, fermé par un petit cadenas, dans lequel j’écris avec un gros stylo avec deux clochettes attachées dessus, ni avec 5 stylos billes de couleurs flashy comme du bleu turquoise, du violet, du rose, du orange et du vert pomme. Désolée d’ailleurs pour ceux qui se reconnaîtraient, je n’ai rien contre ce type d’écriture ! :)

20131106_071604

J'écris pour réfléchir, pour poser les choses, pour me poser. Mais j'écris aussi pour prendre la mesure de ce que j'ai déjà, de ce qu'il me reste à acquérir.J'écris les avancées de mes méditations, j'écris mes conclusions de mes lectures, en ce moment "La sérénité de l'instant" de Thich Nhat Hanh, que je viens de finir, et remplacé par "Plaidoyer pour le bonheur" de Matthieu Ricard.

J’ai découvert cet outil assez récemment, mais depuis que je l’ai adopté je ne peux plus m’en passer. Et accessoirement, cela me permet de mettre à profit tous les carnets que je me suis achetés lors de mes nombreuses crises-de-boulimie-d’achat-de-carnets.

Je vous prépare quelques prochains posts pour vous expliquer en quoi un simple carnet peut vraiment changer votre vie, et pas seulement en le mettant dans votre poche intérieure, ce qui arrêtera une balle qui visait votre cœur, grâce à la couverture blindée qui, tout le monde le sait, recouvre tous les carnets Moleskine. Bon ok, je regarde trop la télé.

J’espère que ce nouveau genre d’articles vous plaira !