Et non, je n'ai pas grillé un fusible, et je ne me suis pas trompée de catégorie non plus, nous parlons bien de jardinage aujourd'hui, et pas de cuisine.

Il y a 10 jours, pendant une petite éclaircie d'une journée au milieu d'un week-end hautement pourri en termes de météo, chéri-lapin et moi avons remonté nos manches pour nous attaquer à notre jardin. Il faut dire que depuis l'achat mi-juillet, nous n'y avions rien fait, à part laisser les mauvaises herbes envahir le terrain. Mais ça m'allait bien, étant donné que ces mauvaises herbes, une fois en graines, attiraient moult petits zozios hyper mignons ! Mais voilà, toute bonne chose à une fin, et il était temps que nous agissions. Pour vous donner une idée, cet été le jardin c'était ça :

20130715_213131

Et après défrichage radical, mais, s'il-vous-plait, non chimique, entièrement manuel (aïe aïe...) :

20130915_164356

Les deux petits tas verts en bas de la photo, ce n'est pas un oubli de défrichage, mais quatre lavandes qui marqueront une allée centrale !

On a pu, à cette occasion, se rendre compte que la terre ici est "amoureuse", c'est-à-dire hyper collante tellement elle est argileuse, surtout vu le temps humide qu'il y avait eu les jours précédents. Donc après le fauchage, quand il a fallu retourner la terre, l'égaliser, ratisser et semer le gazon, ça a été... épique ! les ampoules sur nos mains sont encore là pour en témoigner...

Et comme cet été, lorsque je suis allée à mon spot estival, à Padirac, ma voisine m'a montré ses cultures de légumes, ça a fait tilt dans ma tête. Là-bas, la terre est exactement la même qu'ici. Ca me rassure d'ailleurs, parce que mes parents arrivent à y faire pousser des légumes de ouf. Bon par contre au niveau physique, c'est assez vite épuisant. Mais ma voisine, ce qu'elle a fait elle, c'est des lasagnes ! "Je vois pas le rapport entre son déjeuner et le problème de terre" me direz-vous. Parce que vous ne le savez pas encore, mais la lasagne, c'est aussi un mode de culture. Pour faire hyper simple, on crée de nouvelles couches de culture par dessus la terre, en alternant du carton, des déchets verts (tonte de gazon par exemple) et des déchets bruns (feuilles mortes par exemple). On recrée ainsi un système proche d'un compost, mais sur lequel on peut planter et semer (sous certaines conditions, mais dans l'idée c'est ça). Le truc génial donc avec ce système, c'est qu'on peut le mettre où on veut, même sur un sol bétonné par exemple, et donc aussi sur une terre hyper lourde. Et ça donne des légumes encore plus de ouf que ceux de mes parents, j'ai pu comparer !

Tout ça pour dire que je me suis lancée dès mon retour de vacances dans la construction d'un mix de potager au carré (bon ok, c'est plus le côté esthétique avec son carré de 1m20 de côté que je reprend, pas encore les règles de culture sous-jacentes) et de jardin en lasagne. Et voici la preuve en images :

- j'ai délimité, sur le sol tout juste fauché et nivelé, mon carré de 1m20, avec des petites bordures en bois (ça n'a pas d'autre utilité qu'esthétique, on peut très bien s'en passer pour faire des lasagnes) :

20130915_165201

-une première couche de carton dans le fond :

20130915_165223

- une couche de 5-10cm de déchets bruns : j'ai repris des mauvaises herbes d'une première fauche que nous avions faite pour dégager une allée, les hebres étaient donc déjà à moitié décomposées.

20130915_171447

- par dessus, j'ai mis une couche de 5-10cm de déchets verts : les mauvaises herbes que je venais juste de faucher. Et ce qui est bien, c'est qu'on peut tout récupérer, alors qu'on m'avait toujours dit que les mauvaises herbes, on ne devait pas les mettre au compost, sinon elles se re-semaient lorsqu'on l'utilisait.

20130915_171844

- rebelote une couche de déchets bruns, et j'y ai ajouté quelques feuilles mortes de sous mes haies, et surtout des branchages broyés qui dataient du défrichage pour construire la maison.

20130915_173048

- rebelote du vert, du brun et re-du vert, j'ai arrêté de prendre des photos vu que c'était un peu répétitif...

20130915_173417

- et on finit, si possible, par une couche de compost. Je n'en avais pas, alors j'ai juste mis de la terre végétale qu'il me restait dans une grande jardinière dont je ne me servais pas.

En théorie, on peut planter directement dedans. Mais comme c'est bientôt l'automne (ah bon ? on n'aurait pas dit comme ça...), y'a plus grand chose à y mettre, donc j'ai juste semé en surface de la vesce commune :

Vesce Commune, Wikipedia

Cette plante a le mérite de fixer l'azote de l'air dans le sol, comme les haricots par exemple. Une fois fauchée, elle sert d'engrais vert. Et elle me servira surtout à finir ma deuxième lasagne, en préparation.

Mes lasagnes vont tranquillement se décomposer cet automne, et elles seront prêtes pour semer mon nouveau potager à partir du printemps ! j'ai hâte !