Pourquoi un lombricomposteur ? je ne vous parlerai pas de l'avantage du lombricomposteur sur la réduction de taille de vos poubelles et le coût de traitement des déchets, une recherche sur notre ami Google vous en parlera mieux que moi, chiffres à l'appui. Ma motivation à moi, ça a été principalement le gaspillage. Toute cette matière organique qui part à la poubelle... réduire les poubelles, moui, mais surtout, en faire quelque chose d'utile ! Et puis, en secondaire, mais tout de même important, l'idée d'avoir des petites bébêtes chez moi ! Bah oui, nourrir des oiseaux sur mon balcon ne me suffisait plus, et ma jardinière étonnamment stérile de toute vie animale me déprimait.

Donc voilà, ni une ni deux, à farfouiller les entrailles du net à la recherche d'informations. Il n'y en a malheureusement pas des masses, beaucoup de systèmes sont soit artisanaux, soit vendus à des prix astronomiques pour trois bouts de plastiques. Je parle bien des systèmes qui s'installent sur un balcon ou dans sa cuisine, et pas dans son jardin. J'avoue avoir un peu hésité à investir dans un superbe kit à 80€ pour le moins cher... Mais le foutage de gueule de la "litière pour vers" en fibre de coco vendue une fortune comparée aux blocs de fibre de coco à réhydrater qu'on trouve pour pas cher dans les jardineries, et encore pire, les "compléments alimentaires pour vers" pour qu'ils soient bien en forme, ont réveillé mon appétit de Do-It-Yourself.

Et en m'orientant dans cette voie, j'ai commencé à voir de plus en plus de tuto très bien faits sur la construction d'un lombricomposteur maison, version caisse du poissonnier en polystyrène, ou version caisse de bricolage bien grosse. Mon tuto n'apporte pas grand chose de plus, mais c'est moi qui l'ai fait ! ;) Et puis il est basé sur des caisses avec couvercle, alors que tous les tutos que j'ai vu partaient de caisses empilables. Donc si vous voulez vous lancer avec des caisses empilables, Google mon ami vous trouvera moult exemples. Pour les autres, c'est ici.

La première question à se poser, c'est le dimensionnement de la bête. Les informations sont nombreuses sur internet, mais voici le plus intéressant à retenir :

- un ver mange 1/2 à 1 fois son poids par jour,

- un ver rouge (Eisenia foetida ou andrei) est un ver de surface, la boite ne doit pas faire plus de 15 cm de profondeur,

- il faut environ 10 cm² pour 500g de ver.

Donc en fonction de la quantité de déchets organiques que vous produisez par jour (moyenne sur une semaine), vous savez quelle superficie leur fournir, le tout sur une hauteur de 15 cm max. Moi perso, je me suis pas posé la question plus longtemps que ça ! je suis allée à mon Castorama, et j'ai pris ce que j'ai trouvé qui approchait.

Pour réaliser ce lombricomposteur, il vous faudra donc :

- 3 ou 4 caisses de rangement avec couvercle (11,60 € les 4 chez Casto, avec en plus une zone pour écrire à la craie dessus) :

20130303_182231

- une grille dont les trous ont un diamètre de 1 à 2 mm max (6,70€ chez Casto, pas trouvé moins cher, mais pas beaucoup cherché j'avoue) :

20130303_193544

- une bonne paire de cisailles ou sécateurs,

- du joint silicone,

- une perceuse avec des forets de : 1 mm, 2,5 mm, 8 mm et 9 mm

- 4 petites vis avec écrou par boite.

 

Pour la réalisation, si vous avez de petites mains fragiles et pas beaucoup de biscottos, vous pouvez vous faire aider par votre cher et tendre comme moi ! non les grosses mains ne sont pas les miennes, moi je tiens l'appareil photo, mais j'ai quand même fait des trucs, je tiens à préciser !

On commence tout d'abord par enlever le fond des boites, sauf sur la boite qui sera tout en bas et qui servira à récolter les "jus". On perce avec la cisaille, et on tourne en s'approchant de plus en plus du bord, mais en laissant les coins.

20130303_184934 20130303_184955 20130303_185357

On empile les couvercles sur le dessous des boites (dans la configuration où ils seront lorsque les boites seront empilées), et on perce au foret de 2,5 mm le couvercle et les coins de la boite.

20130303_185458

On enlève le couvercle mais on note quel couvercle va avec quelle boite, pour retrouver quel trou va en face de quel autre ! On dépose un cordon de silicone sur les bords du fond de la boite, et on repose le couvercle.

20130303_190437 20130303_190446 20130303_190631

On visse aux quatre coins (et là oui, c'est bien ma main ! vous voyez que j'ai fait quelque chose ! ).

20130303_190731 20130303_191242 20130303_191005

On a fait attention à ce que le système soit "étanche" de l'intérieur, pour qu'aucun petit ver ou de la matière ne se mette pas entre le bord du fond et le couvercle. Si nécessaire, on remet un cordon de l'intérieur.

20130303_192806 20130303_192755

On trace des repères sur les couvercles pour percer des trous de 8 mm (c'est chéri-lapin qui s'en charge, hein !), qui serviront à faire les communications entre les comportiments. On fait un pré-trou au foret à la main. On ne perce de gros trous que les couvercles collés aux boites.

20130306_171905 20130306_173146 20130306_171311

Pour enlever les bavures de plastique des gros trous, on utilise le foret de 9 mm, qu'on passe à la main sur les trous, façon tire bouchon, sans trop appuyer, juste pour couper les bavures.

20130306_171710 20130306_171738

Sur le couvercle qui reste seul, qui sera celui du dessus du système, on perce de la même façon des trous de 1 mm, qui serviront à l'aération. On n'a normalement pas besoin d'ébavurer, sinon on le fait à la main.

20130306_175548 20130306_175542 20130306_175609

Sur la grille, on trace la dimension de la boite du dessous, celle qui n'est pas percée au fond. Attention si votre boite est biseautée, le fond n'est pas représentatif de la taille en haut ! Il faut placer la grille le plus haut possible, pour que si un ver tombe dessus, il puisse remonter dans le compartiment du dessus.

20130307_185911

On découpe aux cisailles (c'est encore chéri-lapin qui s'en charge !). On ajuste au fur et à mesure sur la boite, il ne faut pas qu'il y ait d'espace sur les côtés, sinon des vers pourraient passer et tomber dans le jus (et là il se noie, ne vous faites pas d'idée, ça ne sait pas nager !).

20130307_185933 20130307_190010 20130307_190212 20130307_191124 20130307_191133

On perce la boite sur les côtés cette fois, à quelques centimètres du haut. Les vis qui dépassent à l'intérieur serviront de cales pour poser la grille.

20130307_191749 20130307_192118 20130307_192209

On assemble le tout, donc si vous ne vous êtes pas trompés, ça donne, du bas vers le haut, la boite avec un fond, la grille, deux ou trois boites collées aux couvercles, et enfin le couvercle d'aération du dessus :

20130307_192326

Et voilà ! Il ne vous reste plus qu'à peupler votre lombricomposteur. Plusieurs options s'offrent à vous :

- en acheter dans le commerce (attention, bien prendre des Eisena foetida ou Eisena andrei), on en trouve sur les sites en ligne qui vendent des lombricomposteurs une petite fortune,

- en récupérer dans le compost de quelqu'un ou dans un tas de fumier,

- si ce n'est pas l'hiver et que vous avez accès à une forêt, sous la couche de feuilles mortes,

- si ce n'est pas l'hiver et que vous avez accès à un jardin, creusez un trou à 5-10 cm de profondeur, remplissez de pots de banane et de marc de café, refermez, et revenez au bout de une à deux semaines pour déterrer les vers sous la peau de banane (pas testé, mais ça à l'air simple).

Pour ma part, mes gentils patrons qui ont un compost chez eux m'ont très gentiment rapporté un sac de vermisseaux et de compost un matin ! Je confirme donc que ça ne sent rien à part une bonne odeur d'humus, heureusement d'ailleurs, vu que je prend le métro pour rentrer chez moi !

Voici donc les nouveaux occupants mis en place :

20130309_105716 20130309_105719 20130309_105724

(le compost est un peu grossier vu que c'est un compost de jardin, mais je vais trier au fur et à mesure que le lombricompost se formera avec les déchets d'épluchures).

Après leur installation, il faut en théorie attendre deux semaine avant de les nourrir, pour qu'ils s'acclimatent. Perso je n'ai pas eu la patience d'attendre, j'ai mis deux ou trois fois du marc de café la première semaine, et en soulevant une peau de banane livrée avec le compost, j'ai vu que ça grouillait en dessous pour manger la peau. Du coup j'ai mis mes épluchures de carottes et de pommes de terre, une peau de banane, et des coquilles d'oeuf. Je vous dis dans les jours qui viennent si c'était une connerie ou pas !